P9130142

Imposons une loi Olympique sociale

Une proposition de loi portant sur la création d’un fonds de soutien aux sportifs de haut niveau, en vue de leur préparation pour les Jeux Olympiques est à l’étude.

Ce fond sera placé sous l’autorité du ministère des sports et sera financé par le prélèvement de 1% sur les billets vendus lors des matchs de championnat professionnels et des grands événements sportifs nationaux et internationaux ayant lieu sur le territoire français.

En 2018, les billetteries du marché français représentaient 1,6 milliard d’euros. Les sommes ainsi perçues serviraient à aider les athlètes de haut niveau disposant de moyens insuffisants, pour se préparer aux Jeux Olympiques.

L’initiative est intéressante, pourquoi ne pourrait-on pas aider les athlètes de haut niveau à se préparer convenablement aux Jeux Olympiques ?

Cependant, si les Jeux Olympiques de 2024 n’avaient pas lieu à Paris, cette disposition de l’exécutif aurait-elle fait l’objet d’un projet de loi ? Cela ne montrerait-il pas que nos athlètes ne sont pas bien préparés, et que le statut du haut niveau en France n’est pas à la hauteur et ne respecte pas réellement nos athlètes ?

De plus, le fait de prélever un pourcentage sur les billetteries ne couterait absolument rien à l’état. Ce sont les spectateurs qui financeraient directement par l’achat des différents billets.

Alors allons plus loin et demandons un prélèvement de 2 %, avec notamment 1% pour aider les sportifs et sportives de haut niveau, mais aussi 1% supplémentaire pour aider les collectivités locales à soutenir le sport associatif. Cela pourrait aussi aider à rénover et à construire des nouvelles installations sportives qui manquent tant dans notre pays.

 


Le sport pour tous est en réel danger

L’assemblée nationale a adopté en novembre dernier le budget de la « mission sport, jeunesse et vie associative ». Ce budget dévoile la réalité de la politique gouvernementale, malgré les annonces.

 Le programme sportif perd 8,1 % de son budget. Sur cette perte la promotion du « sport pour le plus grand nombre » est la plus forte – 44,9 %, alors le haut niveau grimpe de 4,6 %, les fonds pour les jeux olympiques et paralympiques de 2024 enregistrent une augmentation de 35,9 %.

Nous ne pouvons que constater que la politique libérale et le développement de la privatisation du sport sont très dangereux pour le sport associatif.

L’appel d’Ivry que nous avons créé l’année dernière est bien d’actualité, il doit être un obstacle à cette politique néfaste et catastrophique pour le sport pour tous et toutes. Notre appel dérange, c’est pourquoi le COJO (comité d’organisation des jeux Olympiques) dirigé par Monsieur Estanguet refuse de nous répondre, malgré les trois courriers que je lui ai adressé.

Il est temps que les clubs, les comités, les fédérations, les élus se retrouvent, mais il ne faut plus parler des conséquences de cette politique, mais bien de la riposte que nous devons dresser tous ensemble.

Nous devons réagir vite et imposer que l'héritage des jeux olumpiques de 2024, développe le sport associatif.